Partager sur :

La maire d'Ancône (Italie), Valeria Mancinelli, meilleure maire du monde


La fondation britannique City Mayors a désigné la maire d'Ancône (Italie, 103.000 habitants), Valeria Mancinelli, meilleure maire du monde. 27 maires femmes de 20 pays ont été sélectionnées pour ce World Mayor Prize. Le palmarès 2018 dédié aux femmes dans les gouvernements locaux a été proclamé le 12 février 2019. Il honore les réalisations de femmes maires du monde entier. 

Maire d’Ancône depuis 2013, Valeria Mancinelli a dû faire face à la crise industrielle de la construction navale dans sa ville qui affectait un grand nombre de petites entreprises sous-traitantes. Elle a mis en œuvre un partenariat urbain associant les secteurs public et privé ainsi que la population active. Depuis le début, le maire Mancinelli a tenu le public pleinement informé des défis à venir, de ses objectifs ainsi que des succès obtenus et des difficultés rencontrées. En tant que candidat à la mairie, Valeria Mancinelli n'a fait aucune promesse exagérée. Au lieu de cela, elle a promis une reprise économique composée de petites étapes. Lors du premier mandat du maire, les routes ont été refaites à neuf, les parcs et les espaces verts ont été nettoyés et les nombreuses attractions touristiques de la ville, y compris ses célèbres plages, ont à nouveau obtenu les meilleures critiques. Et le secteur de la construction navale, autrefois considéré comme moribond, a connu un renouveau. Chaque étape a rendu un peu plus vivable Ancône, chaque étape a renforcé la confiance des citoyens dans l'avenir de la ville. 

Valeria Mancinelli se déclare fière de l’action des femmes maires : « nos concitoyens exigent quenous soyons encore plus efficaces pour donner des réponses différentes mais tout aussi convaincantes, face aux peurs qui alimentent la sous-culture du machisme le plus brutal ». 

Elle souhaite que davantage de femmes s’engagent dans la politique locale : « Les difficultés sont souvent liées à des faits concrets (charge de la famille, etc.) et, par conséquent, la persuasion ne suffit pas ... mais sur ce terrain, vous pouvez toujours faire quelque chose, et même dans ce cas, je crois que ce qui fonctionne est l'exemple ... "Si elle l’a fait, je pourrais le faire aussi ...". C’est comme cela qu’on peut avancer. »
La maire d’Ancône a aussi mis sur pied un dispositif pour protéger les femmes de la violence domestique : « nous avons contribué à créer ce que nous appelons un "réseau anti-violence", c’est-à-dire un travail coordonné avec des trajectoires définies et des protocoles opérationnels partagés, de tous les services et des organismes publics et bénévoles dotés des compétences et des activités dans ce domaine.

Pour elle, « le "travail" de maire, en contact direct avec les citoyens, leurs aspirations et leurs problèmes, aide à comprendre, peut-être plus que tout autre rôle institutionnel, que "faire de la politique", conçu comme une attention à l'intérêt collectif, a encore une sens ».

Maires de Tunisie et des Philippine distinguées

Parmi les maires distinguées, figurent Beng Climaco, maire de la ville de Zamboanga, aux Philippines, pour son engagement à offrir à Zamboanga l’harmonie, la sécurité et la prospérité et Souad Abderrahi, maire de Tunis, Tunisie. 

Peu de temps après son élection en 2013, Beng Climaco a été confronté à un soulèvement armé par des rebelles islamiques. Certaines parties de la ville de Zamboanga ont été assiégées pendant 19 jours. Au moment où les forces gouvernementales ont vaincu les rebelles, 183 personnes sont mortes et plus de 120.000 habitants ont été déplacés. La maire, déterminée à remédier à toute division entre les communautés chrétienne et musulmane de la ville, a créé un Conseil de dialogue interreligieux pour promouvoir la paix. Dans une ville souvent perçue comme violente, il n'y a pas eu d'incidents de bombardement ou d'enlèvement depuis 2016. 

Souad Abderrahim, maire de Tunis, affiche sa volonté « d'établir un nouveau mode de gouvernement en tant que femme maire. Je suis consciente que je ne suis pas le seul à promouvoir ces valeurs basées sur l'écoute, le dialogue, le soutien, le partenariat et les avantages mutuels. Je ne veux pas dire qu'il existe un schéma de gouvernance féminin ! Mais, il est clair que nous, les femmes, sommes moins susceptibles d’être en responsabilité. Nous sommes donc plus visibles car nous sommes peu nombreuses et cette situation nous rend responsables vis-à-vis des électeurs. Cela impose vigilance, écoute et empathie. Nous sommes en charge de la dimension de genre de la gouvernance. Un défi que nous avons l’intention de relever avec brio. Mais cela ne devrait pas nous décourager. Les femmes doivent oser occuper une position de leader. Dans mon pays, elles sont présentes à tous les niveaux. Elles ont prouvé leur compétence et ont largement mérité les droits qu’ils ont gagnés au fil des générations. Je suis convaincu qu'elles sont très capables aujourd'hui de se positionner en tant que leaders et de relever les défis